Trois générations. Un exil. Et le silence… Adapté du succès littéraire d’Alice Zeniter, cette pièce raconte le destin entre la France et l’Algérie des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace.

Naïma – trente ans, parisienne – travaille dans une galerie d’art. Alors que l’Algérie dont est originaire sa famille n’a jamais été pour elle qu’une toile de fond sans grand intérêt, les attentats de Paris de novembre 2015 vont avoir l’effet d’un électrochoc. Bouleversée, elle se trouve renvoyée sa peau couleur d’ambre, ses cheveux foncés, son prénom étranger, au silence de son père et à la honte de son grand-père harki. Un pays omniprésent en elle… mais finalement si abstrait.

Dans cette adaptation recentrée sur sa relation avec sa grand-mère, la « gardienne du temple », Naïma interroge ses racines pour reconstruire son histoire. Non sans humour, les anecdotes familiales se succèdent. Elle trouvera peu à peu l’apaisement.

D’origine algérienne comme Alice Zeniter, la comédienne et metteuse en scène Sabrina Kouroughli adapte cette fresque familiale avec une grande justesse. Foisonnante d’énergie, de sensualité et d’humour, elle prône la liberté d’être soi au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

Paru en 2017, L’Art de perdre fut récompensé par de nombreux prix littéraires : Goncourt des lycéens, Prix Renaudot, Prix Le Monde…

« Une lecture réussie de la fresque familiale d’Alice Zeniter. »

Télérama TTT

Musique • Humour

La Truite

Compagnie Accordzéâm

Du sam 28 au dim 29 septembre

École Municipale de Musique, CARQUEFOU

Musique

Les Égarés

Ballaké Sissoko, Émile Parisien, Vincent Segal, Vincent Peirani

Le vendredi 4 octobre

Cité des Congrès, NANTES